Tête à tête avec l'artiste Idan Wizen

Idan Wizen nous explique ce que c'est qu'un tirage photographique et ce qu'il faut savoir quand on achète de la photographie

Qu’est-ce qu’un tirage photographique ? Qu’est-ce qui lui donne de la valeur ? Comment s’y retrouver lorsqu’on décide d’acquérir une œuvre photographique ? Pour nous éclairer sur le sujet, rencontre avec Idan Wizen, artiste photographe professionnel depuis plus de 12 ans. 

Vous préférez lire que regarder une vidéo ?

Bonjour, je suis Idan Wizen, artiste-photographe, basé à Paris. Je fais de la photographie qui a pour but d’être imprimée en petit ou très grand format sur des tirages qui sont exposés aussi bien en galeries, que chez les particuliers, en France ou dans le monde entier. 

 

Qu’est-ce qu’un tirage photographique ? 

Le tirage photographique c’est le procédé pour mettre sur papier une photographie qui était prise que ça soit avec un négatif argentique, comme autrefois, ou aujourd’hui à partir d’un fichier numérique

 

Qu’est-ce qui fait qu’un tirage devient une œuvre d’art ? 

Le fait qu’un tirage devient une œuvre d’art, ce n’est pas une chose simple. C’est beaucoup de choses. La première chose qui est importante à comprendre, c’est que “œuvre” ne signifie pas “chef-d’œuvre”. Souvent on confond. Une “œuvre” ça qualifie un objet, comme une voiture qui a quatre roues, qui a un moteur et qui avance. Il y a de très belles voitures, il y a des voitures qui sont ratées pour plein raisons. C’est un peu la même chose pour une œuvre, une œuvre d’art ça qualifie la volonté, l’émanation de la part d’un auteur, artiste-auteur qui voulait faire une œuvre. Et donc c’était sa fonctionnalité, son envie première, ensuite elle peut être réussie ou pas, et elle peut terminer dans un vide-greniers où personne ne l’achète, comme dans un musée devant des millions de spectateurs par an qui s’émerveillent devant. 

L’autre point qui est important d’avoir en tête, c’est que ça doit venir de l’émanation d’un auteur pour qu’une photographie devient une œuvre d’art. On est tous auteur d’une photographie, à partir du moment où vous prenez une photographie avec votre téléphone, vous en êtes techniquement auteur, vous n’êtes pas pour autant artiste. A partir du moment où vous souhaitez, vous désirez que cette photographie devienne une œuvre d’art, vous en êtes l’artiste. Encore une fois, c’est pareil, je reprends mon exemple de voiture : elle a quatre roues, elle roule, c’est une voiture. C’est pareil, ça ne veut pas dire que vous êtes un bon artiste, en tous cas pas aux yeux de tout le monde. 

Le dernier point pour qu’un tirage devient un œuvre, c’est que ça soit réalisé par un artiste, sous son contrôle, qu’il soit signé et numéroté. 

Sous son contrôle, ça veut dire que le tirage doit être réalisé si c’est par un laboratoire professionnel ou par l’artiste lui-même, mais qu’il le vérifie, qu’il le valide. Cette validation est vérifiée par la position de sa signature. 

Le deuxième point, c’est la rareté. La numérotation maximale, les lois qui sont différentes en fonction des différents pays, mais en France on est limité à 30 (trente) exemplaires tous formats confondus, pour un tirage photographique. 

Le tirage doit être signé par l’artiste, numéroté, au maximum 30 exemplaires, tous formats confondus. 

Ce qui est important de comprendre, c’est quand une œuvre existe en plus de trente exemplaires différents, ce n’est plus une œuvre d’art au sens premier du terme, au sens fiscal, au sens de la valeur sur le marché de l’art. Cela peut être une très belle photographie à la base, imprimée sur un papier de très belle qualité, mais si elle existe en cinquante, cent, mille, cent mille, dix mille exemplaires, vous avez un poster. Très beau, mais ça reste un poster. Et ce n’est pas la même chose qu’une œuvre d’art dont on a un nombre limité.

 

La numérotation, c’est-à-dire ?

La numérotation pour photographie d’art c’est le nombre de tirages total qui pourrait potentiellement exister. On disait que la loi en imposait trente maximum. Chaque artiste doit décider combien il va en faire dans cette limite. Pour ma part, je vais souvent en faire quatre ou huit, sur certaines collections je vais faire que trois tirages pour une œuvre.

Quand vous avez une numérotation, vous avez souvent deux chiffres qui sont marqués : 1/8, 2/8, 3/8, par exemple. Le premier nombre indique le numéro du tirage, c’est le troisième que je réalise. Le deuxième indique le nombre total qu’il y aura au maximum tous formats confondus. C’est-à-dire, qu’on peut décider de faire quatre petits formats, trois grands formats et un très grand, il en aura huit en tout, et chacun tirage sera numéroté. 

Pourquoi on va faire ça ? Ce n’est pas une limitation technique. Souvent c’est pour créer une rareté supplémentaire. On va faire un nombre limité d’œuvres. Ça ne veut pas dire déjà qu’elles sont toutes forcément existantes, parce qu’en général, souvent pour les œuvres photographiques, on va les faire à la demande. Ça permet de créer une rareté qui va valoriser le tirage et valoriser chaque pièce. 

 

Tes photographies sont souvent marquées comme étant unique au format. Que cela signifie ? 

Unique au format c’est d’aller encore plus loin que la numérotation. C’est-à-dire, que je m’engage pour une œuvre photographique à dire que chaque œuvre va être faite, réalisée, tirée en un seul exemplaire dans une taille donnée. Par exemple, je vais faire quatre exemplaires, un petit format, un moyen, un grand, un très grand, il va en avoir que quatre et un à chaque fois, dans chaque taille. Cela permet de créer une rareté encore plus importante et de se dire qu’au plus d’un tableau, par exemple, si ce n’est unique, quasiment unique chez soi. En tout cas, quand vous achetez une photographie unique au format, vous êtes certain d’être le seul au monde à avoir cette photographie, dans cette taille-là. 

 

Signature, où la trouver ? Signature numérique ou manuscrite ? 

Avant tout, la signature numérique, cela ne vaut rien. On a pu l’intégrer sur le fichier avant que ça soit tiré, ça n’a aucune valeur. La signature doit être manuscrite, après le tirage. Ça prouve que l’artiste l’a contrôlé, l’a vérifié, que l’œuvre lui convient et qu’il va poser sa signature pour certifier cela. 

Ensuite, on peut la trouver à l’avant ou à l’arrière d’un tirage. Pour ma part, je préfère la mettre à l’avant, généralement, en bas à droite de l’œuvre pour trois raisons. La première, c’est avant tout pour rappeler l’univers de la peinture, où beaucoup d’artistes signaient en bas à droite leurs tableaux, et je trouve que la photographie doit être placée au même niveau que la peinture, et donc être signée devant.   

L’autre chose également, c’est de faire en sorte que la signature ne disparaisse pas en fonction de la finition du cadre. Si le tirage doit être contrecollé et si on a signé sur l’arrière du tirage, avec le contrecollage ça disparaît et c’est compliqué de la retrouver à nouveau. 

Le dernier point que je trouve important, c’est de pouvoir distinguer que ça soit une œuvre originale, et du soutien que le collectionneur a apporté à la création et soutien au photographe. Cela me semble important qu’il puisse le voir en permanence et qu’il puisse être montré en permanence, donc je préfère signer mes tirages en bas à droite sur le recto. 

 

Un dernier conseil pour les futurs acheteurs ? 

Avant tout, si vous pouvez, achetez toujours des œuvres originales. Dans le commerce vous allez trouver un peu tout et n’importe quoi, des choses qu’on va vous dire que ce sont des œuvres originales, alors que ce sont juste des posters de haute qualité. Pour pas forcément beaucoup plus cher, vous pouvez obtenir auprès de jeunes artistes des tirages originaux, signés, numérotés. Et c’est ce que je conseillerais pour plusieurs raisons. D’abord vous avez quelque chose que tout le monde n’a pas, et c’est quand même plus agréable, je trouve, quand on achète une œuvre d’art. L’autre point, c’est que vous allez aider de jeunes artistes, à continuer à créer, à se développer et donc à favoriser la création et l’art dans son ensemble. Et troisième point, plus à long terme. C’est que quand vous achetez une œuvre d’art, si elle est signée, si elle est numérotée, si c’est une pièce originale, je ne sais pas si vous allez forcément gagner de l’argent dessus, mais peut-être, un jour, quand vous voulez la revendre, elle a de la valeur. Quand vous achetez un poster, ça va perdre en valeur, ça ne vaudra jamais plus que ce que vous avez dépensé. 

Pour voir les œuvres d’Idan Wizen : 

www.nude-in-the-living-room.com